Vous êtes ici : Accueil > Matières > C.D.I. > Actualités > Prévention Internet et réseaux sociaux
Publié : 16 décembre 2014

Prévention Internet et réseaux sociaux

« À qui appartiennent les données (photos, messages...) que vous communiquez sur Facebook  ?  »

 C’est la question préliminaire posée à tous les élèves de cinquième qui ont suivi la conférence de M. Godard, le vendredi 12 décembre à la médiathèque de Frasne.
 Leur attention a tout d’abord été attirée sur la façon dont cette entreprise gagnait de l’argent. M. Godard a fait comprendre aux élèves que le fonds de commerce de toutes les entreprises proposant un service gratuit sur Internet est justement constitué par les données que les internautes laissent sur leur site.

 A partir de ces exemples de fichage, M. Godard a insisté sur la notion d’identité numérique, c’est à dire l’ensemble des informations associées à une personne, une entreprise ou une institution, disponibles et/ou mises en scène sur Internet. Cette identité numérique commence à se construire dès que les élèves laissent des informations les concernant sur le web. Et ces données leur colleront à la peau toute leur vie... Car sur le net, pas de droit à l’oubli.

 Un message, une idée, une photographie publiée un peu à la légère peuvent poser de très nombreux problèmes à tout un chacun dans sa vie future puisque même si la donnée est rapidement effacée (ex : Snapchat), elle peut avoir été copiée par n’importe quel internaute malveillant et réutilisée par la suite dans un but crapuleux. Et elle est, quoiqu’il en soit, enregistrée sur de nombreux serveurs (ceux de Facebook, de Google, …) susceptibles d’être piratés ou utilisés par des organisations peu respectueuses des libertés individuelles, voire même par des individus peu recommandables (cf : Take this Lollipop).

 Il est donc nécessaire que les élèves protègent dès leur plus jeune âge leur e-réputation en surveillant toutes les publications les concernant. Pour ce faire, les élèves doivent en premier lieu modifier les paramètres de confidentialité de leurs comptes Facebook, qui sont réglés par défaut sur une ouverture totale. M. Godard a donc, entre autres, expliqué aux jeunes comment limiter le nombre de personnes ayant accès à leur profil.

 Parallèlement aux réseaux sociaux, les adolescents doivent aussi se méfier des données récoltées à leur insu par les moteurs de recherche . Dans ce cas, ils ne confient pas volontairement les informations à l’entreprise mais les données sont récupérées par des robots qui récoltent peu à peu toutes les traces marquant leurs petites habitudes (consommation, centres d’intérêts, etc...) Voir : http://donttrack.us/
Il est possible de parer à ce traçage en évitant les moteurs de recherche américains traditionnels et en utilisant des outils plus confidentiels qui ne fichent pas les utilisateurs ( Ex  : Ixquick ou Duck duck go ).
De même, il faut aussi être conscient de la personnalisation des résultats effectuée par les moteurs de recherche, personnalisation qui amène tout un chacun à être conforté dans ses opinions (cf : http://dontbubble.us/) plutôt qu’à être confronté à d’autres manières de voir ou de penser...

Au-delà de la question de la collecte de donnée et du tri des informations, le point essentiel à soulever reste la question de l’utilisation des réseaux sociaux et des médias par les adolescents.
En effet, cette période de la vie est un moment charnière. Le corps et l’esprit se transforment parfois difficilement. Et une mauvaise utilisation du net peut parfois mener à des drames irréversibles, que ce soit à cause de photos ou d’infos délicates rendues publiques ou à cause de harcèlement numérique.

 L’impact des agressions commises par le biais du web est d’autant plus important qu’à la dépersonnalisation liée à la présence d’un écran s’ajoute un fort sentiment d’impunité pour l’agresseur. Si l’on ajoute à ce phénomène l’amplification des insultes et des diffamations liée à l’interconnexion massive des utilisateurs, le cocktail est explosif…Et parfois fatal pour la victime. 

 D’où l’importance de respecter un certain nombre de règles expliquées dans l’excellent document d’action innocence, à partir duquel M. Godard a beaucoup travaillé avec les élèves.

Ce guide insiste sur les droit et les devoirs de tout un chacun sur le net et notamment sur la nécessité d’être prudent et de respecter les autres en :

- Ne divulguant pas d’informations pouvant nuire à quelqu’un.
- Respectant son intimité et celle des autres.
- Ne faisant pas n’importe quoi pour être populaire.
- Coupant immédiatement tout contact avec les internautes dont le comportement est déplacé.
- Ne regardant pas les contenus choquants sous peine de séquelles parfois irréversibles (pornographie, violence...).
- Jouant à des jeux vidéos adaptés à son âge (ou à celui de son petit frère...).
- Se méfiant des gens qui se cachent sous des pseudos.
- Ne réglant pas ses comptes sur Internet.
- S’opposant aux agressions (ne pas les filmer, ne pas faire circuler d’images violentes ou humiliantes...).

Et surtout, en se rappelant que le Net n’est pas la vraie vie : il est essentiel de ne pas perdre le contact avec le monde réel au profit d’un monde virtuel dont les règles sont différentes...

Un grand merci à la CCL et au personnel de la médiathèque pour avoir rendu possible cette rencontre.